Potagic ~ L'évolution de mon jardin potager

Vous trouverez ici l'histoire et l'évolution de mon jardin potager depuis sa création.

2003 : le début de mon jardin potager.

C'était décidé : je voulais faire un petit potager dans un coin de notre jardin.  J'ai choisis un coin avec beaucoup de soleil, à l'abri du vent, pas trop loin de la cuisine, et facile d'accès pour l'arrosage.  Mon premier potager faisait 1,5m sur 3m. J'y ai planté de l'oseille (un héritage de mes beau-parents, qui venait accompagné d'une délicieuse recette de saumon à l'oseille), de la ciboulette, et des plants de laitue et de tomates cerises (achetés au marché du village, chez un marchand bio). J'ai commencé petit, et comme ça marchait très bien, j'ai voulu agrandir le potager pour pouvoir accueillir plus d'espèces l'année d'après. En automne, j'ai creusé une autre plate-bande de 0,5m sur 3m. Notez que c'est toujours mieux de préparer les nouvelles plate-bandes en automne : le froid fait éclater les mottes de terre. C'est un travail en moins pour le jardinier.

2004 : mon jardin potager s'agrandit.

Sur la nouvelle plate-bande, j'ai planté de la menthe (récupérée chez une copine, car la menthe pousse comme de la mauvaise herbe, et on en a toujours trop) et de la rhubarbe (récupérée chez une copine qui déménageait pour le sud, où la rhubarbe ne pousse pas). Sur l'ancienne plate-bande, j'ai ajouté en plus de l'année dernière, des plants de persil, de basilic, de mélisse et de thym (pour faire des tisanes). En automne, j'ai relié les deux plate-bandes existantes et j'ai élargi le résultat pour faire un carré de 4m sur 4m (16m²).

2005 : mon jardin potager avance à grand pas.

Cette année, j'ai franchi 2 étapes importantes : les semis et le fumier de cheval. L'année dernière, les feuilles de mes plantes étaient d'un vert pâle, signe d'une terre trop pauvre. J'ai choisi le fumier de cheval pour l'enrichir (je sais que faire son propre compost est plus écolo, mais acheter un sac de fumier est plus pratique... Peut-être l'année prochaine...).Je m'attendais à une odeur atroce, mais ça ne sent pas du tout mauvais. Et le résultat est extraordinaire : toutes les plantes ont poussé beaucoup plus que l'année dernière. La mélisse, par exemple, qui avait une hauteur de 20 cm l'année dernière, a atteint 80 cm cette année. J'ai encore acheté quelques plants de laitue et de tomates cerises, n'étant pas sûre que les semis marcheraient. Mais ils ont très bien marché : j'ai semé des laitue, des tomates, des carottes, du basilic, du persil, des radis et des concombres. J'ai essayé des plants de poivrons, mais ça n'a pas très bien marché. L'année prochaine j'essaierai de les faire pousser dans du fumier pur. J'ai aussi agrandi ma collection de vivaces aromatiques : verveine, origan, romarin et estragon. J'ai également acheté quelques fraisiers et planté quelques framboisiers. Leur goût est extra-ordinaire (et incomparables avec les fraises et framboises du supermarché).L'année prochaine, j'aimerai cultiver encore d'autres espèces, donc en automne, j'ai à nouveau agrandi mon potager : jusqu'à 4,30m*6,80m (29m²).

2006 : la réorganisation de mon jardin potager.

Cette année était encore une année de grand changement : j'ai réorganisé mon potager. Jusqu'ici les chemins du potager étaient perpendiculaires à l'arrivée d'eau pour l'arrosage. Ca ne posait pas de problème les 2 premières années, car le potager était petit, mais l'année dernière c'était gênant pour l'arrosage. Donc, j'ai changé l'orientation des chemins. J'en ai profité pour élargir les plate-bandes jusqu'à 110cm (avant j'avais choisi 80cm, mais c'est trop petit) et pour réorganiser les vivaces en tenant compte des associations et des besoins d'arrosage. J'ai aussi essayé d'autres espèces : le laurier-sauce, le melon et la lavande. Le laurier-sauce s'est pas plu dans mon potager. Les melons, j'en ai eu 3, et la lavande pousse doucement...

2007 : création du jardin des petits fruits.

Cette année, j'ai créé d'autres plate-bandes dans une autre partie du jardin pour déplacer les fraisiers, qui envahissent trop le grand potager, pour installer des boutures de mûriers, et pour installer une serre. Je l'appelle désormais le jardin des petits fruits. J'ai également nettoyé des plate-bandes existants, près de la maison, pour installer des boutures de menthe et de mélisse (proche de la porte de la terrasse, j'espère que ça fera fuire les moustiques).J'ai essayé d'autres espèces : la courge-spaghetti (ça pousse très très bien) et la coriandre (pour les plats chinois).

2008 : une année de grands changements dans mon jardin potager.

Encore une année de grands changements. J'ai agrandi le jardin des petits fruits. Les boutures de mûriers de l'année dernière se sont bien installées. Les fraisiers que j'ai déplacé l'année dernière se plaisent bien dans le jardin des petits fruits, alors j'ai enlevé ceux qui restaient dans le grand potager en automne. Ca libère de la place pour semer ou planter autre chose l'année prochaine. Cette année j'ai fait la même opération pour les framboisiers : j'ai déplanté une grande partie vers le jardin des petits fruits, gardant une partie dans le grand potager pour le cas qu'ils ne se plaisent pas dans le jardin des petits fruits. Résultats des courses pour le jardin des petits fruits : 1 plate-bande avec 2 rangées de mûriers, 3 plate-bandes avec chacune 2 rangées de framboisiers, 3 plate-bandes avec chacune 3 rangées de fraisiers, une plate-bande/serre, et des petits chemins entre eux remplis de bois broyé. A côté, j'ai installé une terrasse en bois broyé. Grosse erreur : je pensais être tranquille pendant 3 ou 4 ans avant que le bois soit composté, mais après à peine 6 mois le bois est déjà en grande partie transformé.Cette année j'ai essayé des nouvelles choses :

  • des courgettes normales (ça marche très bien!)
  • des aubergines (il n'a pas fait assez chaud --> l'année prochaine je les mettrai dans la serre)
  • de la cresson et de la roquette (marche très bien au printemps, et en automne/hiver dans la serre, mais monte vite en fleurs en été)
  • des potirons (je les ai repiqué trop tard, donc ils étaient pas très grands, mais ils étaient délicieux!)
  • de la citronnelle de Madagascar (j'ai eu de la chance de la trouver en magasin, et elle se plaît au jardin)
  • de l'angélique (2ème essaie, installé proche de la maison, et maintenant ça marche!)
  • du laurier (3ème essaie, installé dans la serre, et maintenant ça marche!)

2009 : le verger de mon jardin s'agrandit.

Cette année mon jardin accueille d'autres arbres fruitiers (il y avait déjà un cerisier et un mirabellier).  Donc, le verger contient maintenant 12 arbres fruitiers (et je pense que je vais m'arrêter là ;-)) :

En plus, j'ai planté 4 kiwis (1 mâle, 2 femelles et 1 auto-fertile), 2 vignes, 1 cassissier, 1 casseille (un croisement entre un cassissier et un groseillier), 1 groseillier rouge et 1 groseillier jaune. Dans quelques années, on sera en autonomie pour les fruits...

J'ai déplacé les framboisiers qui restaient dans le grand potager vers le verger, qui est maintenant une extension du jardin des petits fruits.

J'ai passé beaucoup de temps en Belgique cette année, et comme j'ai utilisé le temps qui me restait en priorité pour les nouvelles plantations et les semis, l'entretien en a pâtit. Les mauvaises herbes ont eu le champs libre, et en ont profité pour proliférer. J'ai rattrapé une partie de mon retard en fin d'année, mais je commencerai quand même l'année prochaine avec une handicap. Ceci illustre l'importance d'un entretien régulier, qui minimalise le corvée des mauvaises herbes. 

La plus belle surprise de 2009 : la bourrache. Je l'ai cultivé pour pouvoir mettre les petits fleures bleus dans mes salades, puis j'ai découvert que les jeunes feuilles peuvent faire partis des salades. 

Puis, j'ai eu 3 pastèques ! Ils avaient bon goût, mais plein de pépins, donc je ne suis pas sûre que je vais recommencer.

J'ai cultivé des betteraves rouges pour la première fois, et je continuerai, car cette culture est très facile.

L'hysope et l'angélique poussent bien dans leur nouvel endroit.

Les semis d'asperges et d'artichaut ont bien pris. Je croise mes doigts pour qu'ils aient survécu au -15°C de l'hiver 2009-2010.

Ce qui n'a pas marché en 2009 : les scorsonères, la camomille et le chou chinois.

Donc, en générale, je suis très contente de cette année 2009, et je rêve déjà d'autres découvertes en 2010 ! Bon jardinage à vous !